Fipeco

Que trouverez-vous sur ce site ?

Les « fiches » d’une encyclopédie des finances publiques ; des « notes d’analyse » ; des « commentaires » de l’actualité.

Les fiches de l’encyclopédie présentent, sur 4 à 7 pages chacune et de manière factuelle, les informations essentielles à connaître sur une centaine de sujets : la dette publique ; le solde structurel ; le budget de l’Etat ; les dépenses fiscales ; les salaires dans la fonction publique ; les perspectives des retraites etc.

Les notes d’analyse présentent, sur 4 à 7 pages chacune, le point de vue de François ECALLE sur une trentaine de questions de politique économique telles que : pourquoi faut-il réduire la dette publique ? Faut-il des règles budgétaires et lesquelles ? Faut-il créer un système universel de retraites et comment ? Faut-il supprimer la taxe d'habitation et comment la remplacer ? Quelle devraient être la politique salariale et l’évolution des effectifs dans la fonction publique ? etc.

Les commentaires présentent les réactions de François ECALLE à la publication de statistiques, d’un rapport, d’un texte budgétaire, d’une étude, de propositions de mesures de politique économique etc.

Les commentaires sont classés dans l’ordre chronologique de leur mise en ligne alors que les fiches de l’encyclopédie et les notes d’analyse sont regroupées en neuf thèmes : les comptes publics ; le déficit public, la dette publique et la politique budgétaire ; la programmation et le pilotage des finances publiques ; les prélèvements obligatoires ; les dépenses publiques ; la masse salariale publique ; les finances locales ; les assurances sociales et la redistribution ; les autres politiques publiques.

Les fiches et notes correspondant à chacun de ces thèmes sont accessibles directement en cliquant sur le thème concerné dans le bandeau en bas de l’écran.

Chaque fiche ou note peut être lue sans avoir lu les autres, des liens renvoyant si nécessaire à des fiches où se trouvent plus d’informations. Toutefois, d’une part, il est préférable de lire les fiches avant les notes ; d’autre part, l’ordre dans lequel sont présentées les fiches devrait faciliter leur lecture s’il est suivi. Il est donc conseillé de lire d’abord l’encyclopédie, en suivant cet ordre, puis les notes.

Les fiches sont elles-mêmes rangées en trois niveaux de lecture repérés par des points de couleurs : les essentielles qu’il est préférable de lire en premier lieu (points verts), les spécialisées pour approfondir certains sujets (points bleus) et celles qui peuvent être lues après les fiches essentielles sans être spécialisées (points jaunes).

Les fiches et les notes sont actualisées le plus rapidement possible lorsque de nouvelles informations sont publiées. La date de mise à jour est indiquée sur chacune d’elles et les dernières mises à jour importantes sont signalées à droite de l’écran d’accueil. Les commentaires ne sont pas actualisés. Si vous trouvez des erreurs sur le site, vous pouvez les signaler à  francois.ecalle@fipeco.fr

En tapant un mot dans l’onglet « recherche » en haut et à droite de l’écran, vous pouvez trouver d’abord les fiches et notes dont le titre contient ce mot puis celles dont le texte le contient.

Vous pouvez recevoir des emails qui vous avertissent de la parution des derniers commentaires, fiches ou notes, en cliquant sur "recevoir par email les avis de parution des derniers billets" (sous "suivez Fipeco") et en indiquant l'adresse de votre messagerie.


Partager Partage sur Twitter Partage sur Facebook Partage sur Linkedin


Dernier commentaire d'actualité


23/09/2020

Les dépenses publiques hospitalières en France et en Europe en 2018

François ECALLE

PDF à lire et imprimer

Dans le cadre du « Ségur de la santé » et du plan de relance, le Gouvernement a annoncé 15 000 recrutements dans les hôpitaux publics ainsi qu’une enveloppe de 8 Md€ par an pour revaloriser les rémunérations et 6 Md€ d’investissements sur 5 ans dans les hôpitaux et les EHPAD. Dans ce contexte, ce billet a pour objet de comparer les dépenses publiques hospitalières (hors EHPAD) en France et en Europe, en mobilisant la base de données de l’OCDE sur la santé, de façon à mettre en évidence certaines spécificités françaises.

La comparaison des dépenses publiques entre les pays doit tenir compte des ressources qui peuvent être levées pour les financer. Les dépenses des hôpitaux, publics et privés, financées par des régimes publics et/ou obligatoires d’assurance sont donc rapportées ici au PIB, qui est une mesure, certes approximative, de l’assiette sur laquelle sont prélevés les impôts et cotisations sociales. Ces dépenses publiques hospitalières représentaient 4,1 % du PIB en France en 2018, ce qui nous situait au troisième rang en Europe, derrière le Danemark et la Suède (4,2 % du PIB). L’Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique étaient loin derrière.

Rapporter les effectifs hospitaliers à l’emploi total dans l’économie permet de déterminer si une fraction plus ou moins importante de la force de travail d’un pays est consacrée aux soins hospitaliers. L’emploi hospitalier représentait 5,0 % de l’emploi total en 2018 en France, ce qui nous situait au premier rang de l’Union européenne. La part des non-soignants dans les effectifs hospitaliers était plus élevée en France (34 %) et en Belgique qu’en Allemagne, en Italie et en Espagne.

La France était le seul des grands pays européens comparables où le salaire moyen des infirmiers(ères) était inférieur au salaire moyen dans l’ensemble de l’économie en 2016 (de 7 %). Il était supérieur de plus de 10 % au salaire moyen en Espagne, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Belgique.

Au regard de ses ressources, la France faisait donc un effort plus important que les autres pays européens pour financer ses hôpitaux en 2018, notamment un nombre élevé d’emplois hospitaliers et plus particulièrement d’agents techniques et administratifs, bien que les personnels soignants y soient moins bien payés. Cet effort financier lui permettait d’offrir un nombre de lits par habitant plus élevé que dans les autres grands pays européens, à l’exception de l’Allemagne.