Faire un don à FIPECO
Graphiques et tableaux
graphiques

Suivez FIPECO

Twitter Facebook Flux RSS

Recevez par email les avis de parution des derniers billets.

Dernières mises à jour fiches et notes

Les inégalités et la redistribution
(Le 18/01/2019 à 15:22)

L'emploi public
(Le 13/12/2018 à 15:33)

Pourquoi faut-il baisser le taux de l'impôt sur les sociétés ?
(Le 11/12/2018 à 15:37)

Sites institutionnels

Partenaires

Soutiens

FIPECO dans les médias

FIPECO

FIPECO, le 02.01.2018                                                     

Les fiches de l’encyclopédie                                        IV) Les prélèvements obligatoires

 

14) Les allégements de cotisations sociales patronales sur les bas salaires

 

PDF à lire et imprimer

 

La première mesure d’allégement des cotisations sociales patronales sur les bas salaires a été prise en 1993 sous le gouvernement d’E. Balladur. Elle était limitée à une réduction de 5,4 points du taux de ces cotisations jusqu’à 1,1 SMIC et de 2,7 points de 1,1 à 1,2 SMIC. Les réformes de 1995 et 1996, sous le gouvernement d’A. Juppé, ont conduit à l’instauration d’une « ristourne dégressive » correspondant à 18,2 points de cotisation au niveau du SMIC et diminuant linéairement au-delà pour s’annuler à 1,33 SMIC.

 

De 1998 à 2002, sous le gouvernement de L. Jospin, ce dispositif a été fortement étendu pour compenser la hausse du coût du travail au voisinage du SMIC qui a résulté du passage de 39 à 35 heures par semaine sans diminution du salaire mensuel. L’allégement a alors été porté à 26 points de cotisation au niveau du SMIC et diminuait jusqu’à un montant fixe de 600 € à partir de 1,7 SMIC. En 2003, le Gouvernement Fillon a maintenu la réduction de cotisations de 26 points au niveau du SMIC et fixé le seuil de sortie du dispositif à 1,6 SMIC en supprimant la part fixe de l’allégement.

 

Le dispositif a ensuite connu des modifications plus limitées jusqu’au « pacte de responsabilité et de solidarité » présenté en janvier 2014 par le gouvernement de J.M. Ayrault. Son coût était de 21 Md€ en 2016. L’allègement des cotisations patronales est, depuis début 2016, de 28,45 points au niveau du SMIC et décroît linéairement jusqu’à s’annuler à 1,6 SMIC, par rapport au barème de la fiche sur les cotisations sociales.

 

Le pacte de responsabilité et solidarité comporte également une exonération des cotisations patronales à la branche famille jusqu’à 3,5 SMIC qui n’est pas considéré ici comme un allègement de charges sociales sur les bas salaires, de même que le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi qui fait l’objet d’une autre fiche. Il convient toutefois de noter que celui-ci sera supprimé et remplacé par un nouvel allègement de charges sociales ciblé sur les bas salaires en 2019.

 

Les avantages théoriques des allégements de cotisations patronales sur les bas salaires sont d’abord présentés, puis les évaluations empiriques de ces effets et enfin les inconvénients potentiels de ce dispositif qui sont généralement mis en avant.

 

A)   Les avantages théoriques

 

Un allégement de cotisations sociales sur les bas salaires a des effets favorables identiques à ceux de toutes les baisses de charges sociales ainsi que des effets spécifiques.

1)    Les effets communs à toutes les baisses de cotisations sociales

 

Une baisse des charges sociales correspond à une diminution du coût du travail pour les entreprises.

 

Elle se traduit donc par une diminution du rapport entre le coût du travail et le coût du capital, ce dernier étant inchangé. En conséquence, les entreprises ont moins tendance à remplacer des hommes par des machines, ce que les économistes traduisent par une moindre « substitution de capital au travail ». Les effectifs salariés en sont accrus.

 

La baisse des charges sociales correspond également à une réduction des coûts de production des entreprises. Soit celle-ci est répercutée dans les prix de vente et la demande, nationale et internationale, pour les produits des entreprises françaises augmente, ce qui favorise l’emploi. Soit les entreprises accroissent leurs marges, leur profitabilité augmente et elles ont plus de moyens et plus d’intérêt à investir, notamment pour satisfaire la demande étrangère. La hausse des investissements permet d’accroître les capacités de production, de produire plus et a finalement aussi un impact positif sur l’emploi.

2)    Les effets spécifiques d’un allégement sur les bas salaires

a)     Des créations d’emplois plus importantes

 

Les analyses économiques empiriques montrent que la substitution de capital au travail est plus sensible au rapport des prix du travail et du capital lorsqu’il s’agit de travail non qualifié. Cette observation pourrait toutefois être invalidée à l’avenir, les travaux qualifiés devenant de plus en plus remplaçables par des logiciels.

 

Le nombre d’emplois créés par euro consacré aux allègements de cotisations est mécaniquement plus important si ceux-ci sont ciblés sur les bas salaires. Un allègement de 1 000 €, par exemple, représente une baisse du coût du travail, en pourcentage de ce coût, dix fois plus forte pour un ouvrier au SMIC que pour un cadre supérieur dont la rémunération est dix fois plus élevée.

 

Enfin, un allégement ciblé sur les bas salaires a un impact plus favorable à l’emploi car il est moins susceptible de donner lieu à une hausse de salaires qu’une réduction des cotisations sur des salaires plus élevés. En effet, une baisse des prélèvements pesant sur le coût du travail a une « incidence » incertaine, au sens où elle peut se traduire non par une diminution du coût du travail pour les entreprises mais par une augmentation des salaires bruts. Une telle hausse des salaires est beaucoup plus probable lorsque l’allègement des cotisations concerne des personnes qualifiées, leur taux de chômage étant nettement plus faible que celui des non qualifiés[1]. En outre, s’agissant du SMIC, elle est contrôlée par le Gouvernement.

b)     Une solution pour réduire le chômage des personnes peu qualifiées

 

Le taux de chômage selon le diplôme en 2016 (%)

 

Sans diplôme

Brevet, CAP, BEP

Baccalauréat

Bac + 2

Diplôme supérieur

17,9

10,8

10,5

5,7

5,7

Source : Insee ; FIPECO.

 

Dans l’ensemble des pays développés, la demande d’emplois non qualifiés automatisables et/ou délocalisables par les entreprises tend à diminuer sous les effets du progrès technique (la substitution de capital au travail évoquée plus haut) et de la concurrence des pays émergents ou en développement.

 

Dans beaucoup de pays, l’ajustement entre l’offre et la demande de travail s’est fait par une baisse des salaires bruts des travailleurs non qualifiés qui a permis de compenser les pertes d’emplois non qualifiés automatisables et/ou délocalisables par des créations d’emplois dans des services peu qualifiés mais non automatisables et non délocalisables (aides-soignants par exemple). Cette baisse des salaires a parfois donné lieu à la multiplication de « travailleurs pauvres ». Dans ces pays, soit il n’existe pas de salaire minimum national, soit il a été fixé à un bas niveau[2].

 

La France a choisi de fixer le salaire minimal au niveau le plus élevé d’Europe par rapport au salaire moyen, pour limiter le nombre de travailleurs pauvres, et de diminuer le taux des cotisations sociales au niveau du SMIC, pour limiter le coût du SMIC pour les entreprises. Ces allégements de charges participent donc d’une politique de solidarité envers les personnes les moins qualifiées, qui sont les plus affectées par la concurrence internationale et le progrès technique. Ils leur permettent notamment de trouver des postes dans le secteur des services où les gisements d’emploi sont considérables pour peu que le coût du travail n’y soit pas un obstacle à l’embauche.

 

Le salaire minimum brut en pourcentage du salaire moyen brut en 2016

 

France

Allemagne

Royaume-Uni

Italie

Espagne

Pays-Bas

Belgique

Suède

49

42

41

NS

31

38

42

NS

Source : OCDE ; FIPECO.

NS pour non significatif : pays où il n’existe pas de salaire minimum national. En Allemagne, un salaire minimum a été instauré en 2015, mais il n’est pas le même dans tous les Landers.

 

 

B)   Les évaluations des effets sur l’emploi

1)    Les méthodes et leurs limites

 

L’évaluation des effets sur l’emploi d’une politique publique consiste à comparer le nombre effectif d’emplois dans l’économie au nombre d’emplois qui aurait été constaté si cette politique n’avait pas été mise en œuvre. Plusieurs méthodes peuvent être utilisées, qui sont expliquées dans la fiche relative à l’évaluation des politiques publiques. Elles présentent toutes des éléments de fragilité.

 

Il est d’abord envisageable de comparer les évolutions de l’emploi dans des entreprises ayant bénéficié des allégements et dans des entreprises n’en ayant pas bénéficié, puis d’appliquer des méthodes statistiques telles que celle de la « double différence ». Toutefois, comme ce dispositif d’allégement est général, les entreprises n’en ayant pas bénéficié sont peu nombreuses et peuvent avoir des caractéristiques très particulières qui expliquent des évolutions différentes de leurs effectifs. En outre, une croissance plus faible de leurs effectifs peut résulter des avantages concurrentiels apportés aux autres entreprises par les allègements de cotisations et doit donc être mise au passif de leur bilan.

 

Il existe des méthodes statistiques permettant de pallier ces difficultés mais leurs résultats sont inévitablement fragiles. Cette fragilité est renforcée dans le cas des allégements de cotisations sociales par deux caractéristiques de ce dispositif : d’une part, ses paramètres techniques (allégement maximal, point de sortie…) ont très souvent changé alors que ses effets ne peuvent se manifester pleinement que dans le long terme, le temps nécessaire pour que les entreprises les prennent en compte dans leurs décisions ; d’autre part, environ la moitié de ces allégements, en termes de coût budgétaire, a été associée au passage de la durée hebdomadaire du travail de 39 à 35 heures et il est techniquement difficile de distinguer les effets respectifs de la réduction de la durée du travail et des allégements de charges dans les évolutions de l’emploi qui ont suivi.

 

L’efficacité de ces allégements reposant essentiellement sur « l’élasticité de l’emploi, notamment de l’emploi non qualifié, aux variations du coût du travail »[3], une autre méthode d’évaluation consiste à estimer cette élasticité en identifiant par l’économétrie les principaux déterminants des évolutions de l’emploi, dont le coût du travail, sur la base de séries temporelles agrégées[4]. Il est également possible de l’estimer en mesurant l’impact sur l’emploi de mesures spécifiques de réduction du coût du travail dans un secteur particulier, comme ce fut le cas dans la restauration, en comparant les évolutions des effectifs dans ce secteur et sur un échantillon d’entreprises de caractéristiques voisines mais n’ayant pas été touchées par la mesure.

 

Si cette élasticité est reprise dans « l’équation d’emploi » d’un modèle macroéconomique de l’économie, il est possible d’utiliser celui-ci pour évaluer l’impact des allégements en tenant compte de tous les effets de « bouclage macroéconomique » (effet des emplois supplémentaires sur les revenus des ménages et donc la consommation etc.). Ces estimations de l’élasticité de l’emploi à son coût doivent toutefois être réalisées sur la base de séries temporelles longues et cette méthode repose sur l’hypothèse de sa constance au cours du temps, y compris pour l’avenir, ce qui est une source de fragilité.

2)     Les résultats empiriques

 

Les allégements de cotisations patronales sur les bas salaires constituent certainement l’une des politiques publiques qui ont fait l’objet du plus grand nombre d’évaluations avec les méthodes les plus diverses[5].

 

Leurs résultats sont très différents, ce qui n’est pas surprenant compte-tenu des difficultés exposées ci-dessus[6], mais ils sont tous positifs s’agissant des effets sur l’emploi, ce qui n’est pas très fréquent dans les évaluations de politiques économiques.

 

Les créations d’emplois sont comprises entre 10 000 et 100 000 pour un coût budgétaire brut « ex-ante » de 1 Md€, c’est-à-dire sans tenir compte des recettes fiscales et sociales permises par ces créations d’emplois ni des effets négatifs des autres prélèvements obligatoires qu’il faut lever pour financer la mesure. Cette fourchette peut être resserrée, en éliminant les évaluations les plus discutables, pour être ramenée à un intervalle de 40 000 / 70 000 (soit 15 000 à 25 000 € par emploi créé). Le dispositif, avant pacte de responsabilité, ayant un coût brut ex-ante de 21 Md€, son impact sur l’emploi serait compris entre 800 000 et 1 400 000, avant mesures de financement.

 

La prise en compte des hausses de prélèvements obligatoires nécessaires pour financer ce dispositif conduit à un impact sur l’emploi « ex post » beaucoup plus faible mais qui reste significativement positif.

C)    Les inconvénients potentiels

1)    L’effet de trappe à bas salaires

 

L’effet de « trappe à bas salaires » généré par les allégements de cotisations sur les bas salaires peut être décrit de la manière suivante : si une entreprise augmente de 1 % le salaire brut d’un employé et si celui-ci est proche du SMIC, ses cotisations sociales et sa charge totale augmentent de plus que 1 % parce que la réfaction opérée sur les cotisations diminue ; en conséquence, les entreprises sont incitées à ne pas augmenter les salaires et les salariés sont moins encouragés à améliorer leur productivité ou à se former pour obtenir un poste plus qualifié.

 

Cet effet indésirable peut être réduit en repoussant le point de sortie du dispositif au-delà de 1,6 SMIC. En effet, la réfaction sur les cotisations diminue alors moins vite au fur et à mesure que le salaire brut augmente. Cependant, repousser le point de sortie a deux inconvénients importants : le coût budgétaire est plus élevé et l’efficience du dispositif, le nombre d’emplois créés par euro dépensé, diminue car il touche des personnes de plus en plus qualifiées.

 

Un arbitrage est donc nécessaire entre les effets de trappe à bas salaires, d’un côté, et le coût et l’efficience, d’un autre côté. Les études empiriques existantes[7], assez rares, montrent que les effets de trappe sont significatifs mais faibles et suggèrent que le dispositif actuel constitue un compromis satisfaisant.

 

Ces allégements sont néanmoins centrés sur les bas salaires et les emplois peu qualifiés, surtout dans les services et commerces, alors que le rétablissement de la compétitivité des entreprises françaises impose plutôt une élévation du niveau de qualification de la population active et une baisse des prélèvements obligatoires sur les entreprises les plus exposées à la concurrence internationale. Le budget affecté à ces allégements pourrait donc, selon certains économistes, être mieux utilisé en le consacrant à la formation ou à des baisses de charges soit non ciblées soit ciblées sur les secteurs exportateurs.

 

S’il est vrai que les efforts de formation pourraient être plus importants, et plus efficaces, et que le niveau global des prélèvements obligatoires est trop élevé, il reste que 18,5 % de la population âgée de 25 à 49 ans n’avait aucun diplôme ou seulement le brevet des collèges en 2013. Elever significativement son niveau de formation, à supposer que cela soit possible, prendra de nombreuses années et, en attendant, il est nécessaire de permettre à ces personnes d’accéder à l’emploi. Les allégements de charges sur les bas salaires y contribuent et ne sont pas incompatibles avec une amélioration du niveau de qualification de la population ou une baisse globale des prélèvements obligatoires.

2)    Les effets d’aubaine

 

Les allégements de cotisations sociales, ciblés ou non, bénéficient souvent à des entreprises qui ne créent pas d’emplois, ou en détruisent, ou qui auraient créé des emplois même si elles n’avaient pas bénéficié de ces allégements, ce qui constitue des « effets d’aubaine ». En conséquence, il est souvent proposé de demander aux entreprises, en contrepartie de l’octroi de ces aides, de prendre des engagements de créations d’emplois contrôlables dont le non-respect est passible de sanctions comme le remboursement des cotisations non versées.

 

Toutes les aides, aux entreprises comme aux ménages, entraînent des effets d’aubaine. Pour les éviter, s’agissant de ces allégements de cotisations, il faudrait que l’administration connaisse le nombre d’emplois que les entreprises bénéficiaires auraient créés ou détruits si elles n’en avaient pas bénéficié. Ce « contrefactuel » sera toujours hypothétique et contestable et l’administration, même en y consacrant des moyens considérables, ne pourra jamais le définir précisément. Les entreprises elles-mêmes en sont souvent incapables.

 

Les engagements pris par les organisations patronales, en matière de créations d’emplois, n’engagent en rien les entreprises et les engagements pris individuellement par ces dernières n’ont aucune signification économique à défaut de connaître le contrefactuel.

 

Les effets sur l’emploi des dispositifs de ce type ne peuvent être mesurés que pour l’ensemble de l’économie, ou pour des populations nombreuses d’entreprises, en recourant aux méthodes d’évaluation présentées ci-dessus avec toutes leurs limites.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] Dans cette fiche, les emplois peu qualifiés sont assimilés à des emplois à bas salaire, ce qui est une simplification fréquente dans la littérature économique. En principe, les allégements devraient être ciblés sur les emplois peu qualifiés mais, en pratique, seul un ciblage sur les bas salaires peut techniquement être mis en œuvre.

[2] Pour une analyse  de ces mécanismes, voir « Emploi agrégé, polarisation des emplois et inégalités de salaires : une comparaison transatlantique » J. Albertini, J.O. Hairault, F. Langot et T. Sopraseuth ; revue française d’économie ; juillet 2016.

[3] Le rapport entre la variation de l’emploi et celle du coût du travail.

[4] Il s’agit en pratique d’expliquer les évolutions trimestrielles de l’emploi total dans le secteur marchand sur une longue période par les évolutions de ses déterminants statistiquement les plus significatifs (coût du travail, demande adressée aux entreprises, gains de productivité…).

[5] Des références à certaines de ces évaluations peuvent être trouvées dans « Les conséquences des allégements généraux de cotisations patronales sur les bas salaires » de P. Cahuc et S. Carcillo, revue française d’économie, 2012, dans « Renforcer la progressivité des prélèvements sociaux » d’E. Lehmann et Y. L’Horty, revue française d’économie, 2014, et dans « évaluer les réformes des exonérations générales de cotisations sociales » de M. Bunel, C. Emond et Y. L’Horty, revue de l’OFCE, 2012.

[6] Les résultats seraient encore plus divergents, avec notamment des signes opposés pour les effets sur l’emploi, si on faisait autant d’évaluations avec autant de méthodes pour toute autre mesure de politique économique.

[7] Voir celles citées plus haut à propos de l’impact sur l’emploi.